Qu’est-ce qui se passe dans notre cerveau lors d’une séance d’hypnose?

Dernière mise à jour : janv. 16




Voici une transcription écrite de la vidéo.


Avant même de répondre à cette question, savais-tu que l’hypnose est une fonction naturelle et normale du cerveau? Donc si tu as un cerveau


(j’ai tu un cerveau moi?)


Eh bien tu peux avoir accès aux étonnantes ressources que permet l’hypnose. Pour en savoir davantage sur les facteurs d’hypnotisabilités, je t’invite à écouter ma première capsule intitulée : est-ce que tout le monde est hypnotisable?


Autre détour intéressant, mais pertinent pour la suite, est-ce qu’il t’es déjà arrivé de savoir d’où venait exactement un problème, mais de sentir que tu ne savais toujours pas comment le régler? Par exemple, ce qui est génial avec les psychologues, est d’arriver à comprendre la raison d’un comportement, par exemple, quand tu étais jeune, tu as fait un exposé oral devant toute ta classe et, tu sais, la petite terreur de la classe t’a fait un regard du genre : je t’attends après l’école à côté de l’autobus jaune, puis tu as complètement figé devant toute la classe. Depuis ce jour, tu n’es plus capable de parler en public et pire, ça devient de plus en plus difficile pour toi de simplement t’exprimer. Tu sais que c’est à partir de ce moment que tout a basculé et pourtant, tu ne sais toujours pas quoi faire pour modifier ce comportement ou peu importe ce que tu mets en place pour pouvoir à nouveau t’exprimer facilement, ça ne fonctionne pas. TADAM, l’hypnose est là pour ça!


Donc, consciemment, ton néocortex, la part de ton cerveau qui pense, comprends et rationalise, connais le pourquoi. Mais pourquoi il n’est pas en mesure de régler la problématique? Simplement parce que ce n’est pas lui qui l’a créé! Il a beau penser qu’il est intelligent et qu’il est en mesure de tout faire (vive l’égo), le néocortex ne peut pas régler ce qu’il n’a pas créé. Il faut donc aller à l’endroit où il y a eu court-circuit.

Les courts-circuits ont presque toujours lieu dans les deux autres parts de ton cerveau.


Il y a le limbique, qui est le cerveau de la mémoire à long terme et des émotions. C’est dans le limbique qu’il y a les mécanismes de motivation, de réussites et d’échec, de plaisir et de déplaisir. Ce cerveau est impliqué dans les processus de décision et il décide émotionnellement.


Puis il y a le cerveau reptilien. Il est le centre de nos comportements primaires, comme l’instinct de survie, de notre contrôle moteur et assure nos besoins fondamentaux (respirer, digérer, etc.). C’est un cerveau binaire oui/non et une même situation, ou un même stimulus (situation semblable) entraine toujours la même réponse. Cette réponse est instantanée, tel un réflexe et prend le dessus sur le cerveau limbique et le néocortex. Tu commences à comprendre pourquoi les mêmes patterns se reproduisent? C’est la faute du reptiliens!


Donc qu’est ce qui se passe dans ton cerveau lors d’une séance d’hypnose? Je pourrais te parler de tout ce que les neurosciences ont étudié dans le cerveau à ce niveau, mais je te perdrais! Allons-y donc simplement, dans un langage que tu comprends!


En état de transe hypnotique, il y a une baisse d’activité dans ton néocortex ce qui permet de t’immerger complètement en toi, dans tes deux autres cerveaux, et d’observer précisément ce qui s’y passe, d’aller à la source de la problématique, sans te soucier de l’environnement extérieur. Ce qui est surtout d’autant plus intéressant est qu’en état de transe hypnotique on peut, au besoin, complètement se dissocier, comme si ce n’était plus toi, mais une autre personne vivait la situation. Moins impliqué émotionnellement dans la situation, les solutions peuvent alors émerger facilement ou tu peux même t’imaginer vivre la situation de façon plus positive, avec les ressources que tu aurais eu besoin lorsque tu as vécu réellement la situation. Le cerveau ne fait pas la différence entre ce que tu t’imagine et ce qui est vrai. Pour lui tout est vrai. Donc en revivant la situation problématique intérieurement avec des ressources, ton cerveau