What do you mean? (when you nod your head yes, but you want to say no)

Dernière mise à jour : 12 juin 2018

« AHHHH J’AURAIS DU DIRE ÇA! Ça nous ronge parfois même pendant des jours, des mois, des années! Puis à un moment on sent qu’il est trop tard! On refoule, on avale de travers, on sent une boule dans l’estomac, une autre dans la gorge, une lourdeur sur notre cœur et on essai de vivre avec.»



What do you mean? (quand la tête dit oui, mais que le cœur dit non)


Je me laisse inspiré par tout, comme par un passage d’une chanson de Justin Bieber. Comprendre aussi là-dedans que j’ai subi un lavage de cerveau durant mes vacances en floride, car c’était à peu près tout ce qui jouait à la radio lol. Puis quelques jour plus tard, j’entends autre chose qui fait en sorte que je comprends la raison pour laquelle cette phrase m’avait interpellé et je me dis que la vie fait bien les choses. Donc oui Justin m'a inspiré (j'assume que j'aime quelques chansons de lui), mais c’est surtout l’histoire de ma maman. Je vous mets en contexte!


Jeudi le 8 décembre dernier, c’était la fête de ma maman adorée et depuis avant mon départ en vacances j’avais préparé une fête surprise pour le samedi 10 décembre. Je lui avais dit que le samedi 10 décembre, on se ferait une journée maman-fille, magasinage en fin de matiné et en après-midi, en soirée ce serait un repas au resto puis on terminerait le tout en beauté après le resto avec un film de fille en pyjama avec pop corn, bouteille de vin et boîte de kleenex (comprendre qu’une soirée de fille il faut un film qui fait brailler hein!). C’était tout vrai pour le début de journée, mais ce qu’elle ne savait pas c’est qu’en arrivant à la maison pour aller se changer avant d’aller supposément manger au restaurant, elle serait accueillie par des gens qu’elles aiment pour une fête surprise! Et c’est le cas de le dire, la surprise a été totale! Après le magasinage, il me restait une heure à tuer, car la visite venait tout juste d’arriver à la maison et ils n’étaient pas encore prêts à ce que nous arrivions. Je dis alors à ma mère : Maman j’ai vraiment envie d’une boisson chaude en tête à tête avec toi avant le resto je t’invite au Starbuck! Et elle de me dire : On peut aller la prendre à la maison non? Et moi de répondre : Ahhhhhhh j’ai vraiment envie d’un de leur matcha latté! (p.s je préfère de loin les matcha latté du Sebz, mais le starbuck était à distance de marche donc!). Comme une maman ne peut dire non à sa fille hein, donc on y est allé hihihi


On s’assoit donc avec nos breuvages chauds et là je me dis qu’il faut qu’on tienne ici une heure! Faut je fasse parler ma mère! Bien que c’était que pour gagner du temps, au final j’ai appris des choses sur ma mère que j’ignorais, des choses qui valaient qu’on sorte la boîte de kleenex à l’avance. Je lui demande alors de me raconter comment c’était à l’école dans son temps jusqu’à ce que la conversation en vienne au jour qu’elle s’est marié avec mon père. Elle me dit : Si c’était à recommencer je ne me marierais pas! Je dis : Ben voyons maman! Tu aimes papa non? Es-tu entrain de me dire que tu regrette? Et là de me dire : Ma puce j’aime ton père plus que tout, ce n’est pas cette partie là que je recommencerais!...Puis elle me raconte :


«Tu sais puce, dans ce temps là les apparences étaient ''ben'' importantes. Ton père et moi étions jeunes (ma mère avait 19 ans et mon père 20 ans), nous avions eu ton frère qui était âgé d’un an et demi à l’époque et c’était très mal vu d’avoir un enfant hors du mariage. Le curé nous a donc chaudement recommandés, pour ne pas dire nous a forcés à nous marier. C’était complètement ridicule parce qu’on n’avait pas les moyens de se marier. Ton père était au chômage, moi je ne travaillais pas pour m’occuper de ton frère, mais crime on s’est marié pareil et on s’est endetté! Grand-maman m’a acheté ma robe de marié, c’était loin d’être celle que je voulais, mais c’était la moins chère! Je n’avais même pas les moyens de la faire retoucher chez la couturière, elle ‘’pochait’’ de partout, j’étais tellement maigre à l’époque. Une sœur à papa m’a prêté ses souliers dans lesquelles elle s’était marié, la femme à un de mes frères m’a prêté sa jarretelle et son jupon parce que ça aussi je n’avais pas les moyens de les payer! Les faire parts de mariage c’était un simple carton blanc avec nos noms d’écris dessus. Le voyage de noce, c’était dans notre appartement de l’époque à Saint-Odilon (comprendre qu’il n’y a pas eu de voyage de noce). Ton père et moi on s’aimait, mais on n’avait pas besoin ‘’ du mariage’’ pour le prouver à tout le monde. Si je pouvais retourner en arrière avec le caractère que j’ai aujourd’hui je dirais au curé pas ce que ma tête a du dire pour bien paraître, mais ce que mon cœur aurait voulu dire à l’époque : Non on ne se mariera pas!»